Un pacte d’avenir pour la Bretagne

20121129 interv com lois livret famille bilingue

Alors que plusieurs entreprises de l’agroalimentaire en Bretagne sont aujourd’hui en grande difficulté, nous pensons aux salariés en détresse de Gad, Doux, Tilly-Sabco, Marine Harvest… Nous sommes à leurs côtés comme nous agissons aux côtés des salariés de l’automobile fragilisés par la crise de la filière ou encore, sur la circonscription, des salariés de Renesas et Alcatel-Lucent dans le secteur des télécoms dont les sites rennais sont menacés de fermeture.

Mais pour ma part, je veux refuser les amalgames sur l’origine de ces difficultés. Elles sont le plus souvent le produit d’absences d’anticipation et de stratégies industrielles des entreprises concernées. L’écotaxe voulue par Jean-Louis Borloo et pour laquelle les députés socialistes bretons avaient obtenu des allégements et exonérations ne saurait en être à l’origine puisqu’elle n’est tout simplement pas mise en place ! Dénonçons cette récupération violente de la détresse à des fins politiques.

Je veux saluer le geste courageux d’apaisement du Premier Ministre Jean Marc Ayrault qui en suspendant l’écotaxe permet qu’un vrai dialogue s’instaure sur l’avenir économique de la Bretagne dans le pacte qu’il a souhaité mettre en place. Si la Bretagne paie effectivement un lourd tribut à la crise, je suis convaincue que nous avons ensemble la volonté d’entreprendre, les atouts pour rebondir.

Une Métropole capitale forte qui parie sur la formation, sur l’enseignement supérieur, sur l’excellence de la recherche dans les laboratoires publics et privés, c’est la possibilité pour toute une région d’investir dans l’innovation, la valeur ajoutée, la qualité indispensable pour aller à la conquête des marchés mondiaux et retrouver le chemin de la croissance.