Quelques éléments utiles sur le squat rue de Châtillon

Communiqué de presse du 5 mai 2015


les-squatteurs-prennent-la-plume-et-sexpliquent

Photo : Joël Le Gall / Ouest-France.

Madame Thamin est victime d’une situation intolérable, privée de sa maison par des squatteurs qui utilisent toutes les ressources du droit pour l’empêcher de regagner son logement. Nous sommes en contact avec elle depuis l’automne 2013, puisque ce sont les services municipaux qui lui ont appris que sa maison était squattée et ont tenté de l’accompagner dans les démarches à entreprendre.

En octobre 2013, la police municipale a constaté l’occupation de la maison de Madame Thamin. Un premier courrier lui a été immédiatement adressé, pour l’inviter à signaler les faits à la Justice, seule habilitée à délivrer une ordonnance d’expulsion.

Aucune démarche n’ayant été entreprise, nous lui avons envoyé un second courrier. Nos services ont également échangé par téléphone à deux reprises avec Madame Thamin, pour l’orienter vers une aide juridictionnelle afin qu’elle saisisse le juge, et lui proposer un accompagnement social pour bénéficier d’un relogement. Ces propositions sont malheureusement demeurées sans suite, y compris après un troisième échange téléphonique avec son fils. S’inquiétant de sa situation, nos services ont également eu des échanges avec la mairie de Saint-Domineuc, où elle résidait avec son compagnon aujourd’hui décédé.

Selon des informations relayées par la presse, Madame Thamin et son avocat auraient déposé plainte ces dernières heures, ce qui va enfin permettre à la justice d’ordonner l’expulsion dans les meilleurs délais, et à Madame Thamin de récupérer sa maison. Ma crainte est que son domicile doive faire l’objet de travaux de remise en état qui repousseront d’autant son retour à la maison. Les propositions que nous lui avons faites pour un accompagnement, y compris pour un relogement, sont bien entendu toujours d’actualité.

Cette triste affaire, dont une vieille dame est la victime, a également déchaîné un flot de propos mensongers et diffamatoires d’une rare violence et des manœuvres politiques écoeurantes, notamment sur les réseaux sociaux. Des affrontements entre deux groupes de manifestants extrémistes ont été évités de justesse par les services de police, qui sont intervenus rapidement pour ramener le calme rue de Châteaugiron. Alors qu’un mouvement d’extrême droite appelle à un nouveau rassemblement le 8 mai, je souhaite lancer solennellement un appel au calme et rappeler que nous sommes en lien constant avec les services du Préfet afin d’éviter de nouveaux débordements.