Accueil des réfugiés : Rennes prend ses responsabilités

Un drame humanitaire, d’une ampleur inédite, se joue sous nos yeux, sur nos plages, sur nos routes. Des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fuient la guerre et les persécutions et regardent l’Europe comme leur dernier espoir.

Ne pas agir, ne pas réagir, serait nier toutes nos valeurs. Ne pas protéger, ne pas accueillir, serait contrevenir à toutes nos obligations. Devant l’horreur et l’indicible, nous avons un impératif d’humanité, un devoir de solidarité. Nous ne serions pas nous-mêmes si nous n’écoutions pas nos consciences.

Je voudrais saluer l’initiative salutaire du Président de la République, François Hollande et de la Chancelière allemande, Angela Merkel, pour organiser l’accueil des réfugiés entre tous les pays européens.

Notre ville est et sera à la hauteur de ses responsabilités.

Rennes participe déjà à l’accueil et à l’accompagnement des migrants.

La plate-forme Coorus, depuis 2011, complète le dispositif d’hébergement de l’État. Notre Ville met à disposition gratuitement des bâtiments temporairement inutilisés de son parc immobilier pour des familles qui ont déposé une demande d’asile. Ce sont près de 100 familles qui sont ainsi hébergées.

Nous avons accueilli, par ailleurs, en mettant à disposition des propriétés municipales, 35 réfugiés syriens, en novembre dernier.

Chaque mois, nous mettons à l’abri, à titre humanitaire, des familles avec enfants. Environ 50 familles chaque mois.

Nous accompagnons également les familles migrantes pour les aider dans leur intégration (une agent dédiée dans nos services, tarification sociale pour la cantine et les services municipaux…).

Dans le cadre de notre politique internationale, enfin, nous avons versé, en octobre dernier, une aide d’urgence de 30 000 € à Diyarbakir, pour l’accueil des réfugiés syriens.

Nous faisons beaucoup et nous regrettons parfois que l’effort ne soit pas justement réparti. Mais aujourd’hui, la situation humanitaire exige que nous fassions plus pour les réfugiés.

Nous disons oui. Nous y sommes prêts.
J’ai souhaité que Rennes s’engage pleinement dans le réseau des villes solidaires.