Éclairage sur la précarité énergétique

J’étais ce matin au Triangle pour le vernissage de l’exposition de photographies « En résistance contre le froid » de la Fondation Abbé-Pierre. État, opérateur et collectivités territoriales sont mobilisés pour lutter contre le mal-logement et la précarité énergétique.

L’exposition « En résistance contre le froid » de la Fondation Abbé-Pierre, visible au Triangle à Rennes, présente un nouvel éclairage sur la précarité énergétique, qui vient compléter le rapport annuel de la Fondation Abbé-Pierre.

Selon l’Observatoire national de la précarité énergétique, un Français sur cinq doit faire face à la précarité énergétique. Plus de 11 millions de personnes sont vulnérables, se privent de chauffage, se mettent en danger dans leur logement.

Le mal-logement est une brèche intolérable dans notre pacte républicain. Sans habitat de qualité, il ne peut y avoir de liberté pour construire sa propre vie ; d’égalité devant l’emploi, l’éducation, la santé ; de fraternité, aussi, pour assurer la cohésion sociale.

Il y a donc une véritable urgence à agir avec une détermination de tous les niveaux de la puissance publique, État, opérateur, collectivités territoriales.

La solidarité énergétique : un leitmotiv de mon mandat à la tête de l’ANAH

L’année dernière, 50 000 logements rénovés au titre du programme Habiter Mieux. L’objectif est d’atteindre, en 2016, des seuils encore plus ambitieux. Ainsi, Emmanuelle Cosse à fait l’annonce à Rennes, d’une montée en puissance de ce programme, avec l’objectif de 70 000 logements rénovés en 2016.

Autres actions engagées :

  • Le renforcement de l’intervention auprès des copropriétés fragiles et dégradées avec la mise en place d’une prime destinée aux copropriétaires qui s’engagent dans l’intermédiation locative ;
  • La création d’opérations d’intérêt national de requalification de copropriétés dégradées. L’ANAH participe à la préparation du registre national d’immatriculation des copropriétés, créé par la loi ALUR ;
  • La prévention des processus qui mènent à l’endettement et à la dégradation.

Rennes Métropole, un territoire de référence

Aucun ménage n’a aujourd’hui recours au droit au logement opposable sur Rennes Métropole. Le droit au logement est garanti grâce à une politique globale, qui repose sur un niveau de production élevé : près de 37.500 logements étaient livrés à la fin 2014, sur un objectif de 36 000.
(PLH)
Le développement du parc social est soutenu : il est en augmentation de 15% sur la la ville-centre, et a quasi-doublé hors de Rennes.
Enfin, nous agissons sur le parc privé : la plateforme EcoTravo a été créée l’année dernière par Rennes Métropole. Cette plateforme de rénovation de l’habitat privé a pour objectifs d’identifier et de mobiliser l’ensemble des compétences disponibles sur le territoire, et ainsi à permettre aux propriétaires de réaliser des travaux de rénovation énergétiques performants.
Nous souhaitons accroitre nos efforts pour atteindre 15 000 logements rénovés d’ici 2020, parc social et parc privé cumulés.

Rennes : de nouveaux efforts à travers des opérations majeures

La requalification du centre ancien entre dans une nouvelle phase : il s’agit de réhabiliter plus de 1 000 logements, en accompagnant pas à pas les propriétaires, les locataires, en particulier les plus modestes, pour la réalisation des travaux. Pour cela, nous avons autant d’outils incitatifs que coercitifs.
Nous ciblons les zones où la densité d’immeubles dégradés est la plus forte, avec toujours l’idée que le centre ancien doit être accessible à tous les ménages, quels que soient leurs revenus.

La rénovation des quartiers de Maurepas et du Blosne

11261710_990657660974593_6746373496795112483_n

➢ La totalité de la programmation des réhabilitations prévues dans le NPNRU comporte un volet énergétique. 3700 logements, soit 40% du parc de ces quartiers, seront rénovés. Essentiel pour le pouvoir d’achat des ménages.

➢ Cet objectif s’insère dans une stratégie globale de notre bailleur social, Archipel Habitat, qui vise à la rénovation de son parc.

➢ Notre budget de travaux sur le patrimoine est en augmentation de 50% pour les dix ans à venir. Nos axes d’intervention ont été simplifiés en faveur de la rénovation énergétique, de l’amélioration du confort des locataires, de l’acoustique, de la sécurité, de l’adaptation au vieillissement.