Malaise des policiers

Communiqué de presse

Depuis l’attaque dont leurs collègues de Viry-Châtillon ont été la cible, les policiers nationaux expriment leur colère et leur malaise.

Menace terroriste, maintien de l’ordre public, crise migratoire, violences : les forces de l’ordre accomplissent leur mission au service des Français dans des conditions de plus en plus difficiles.

Dans ce contexte, la suppression de 13 000 postes de policiers et de gendarmes, opérée par la droite avant 2012, se fait évidemment cruellement sentir. La création, par le gouvernement actuel, de 9000 postes de policiers supplémentaires, qui viennent progressivement renforcer les effectifs, est une réponse forte et nécessaire, comme le seront les mesures d’accompagnement qui seront issues de la concertation nationale en cours.

À Rennes, je me suis mobilisée, avec le Préfet, en lien constant avec le Ministre de l’Intérieur, pour que des renforts de policiers nationaux soient affectés à notre ville. Après la création d’une Zone de sécurité prioritaire au Blosne, j’ai obtenu en 2015 la création de 8 postes de policiers supplémentaires pour le quartier de Villejean. Ils interviennent en coordination et en complémentarité avec nos policiers municipaux, dont les missions d’îlotage et de tranquillité publique ont été réaffirmées et renforcées, et dont je salue l’engagement. Enfin, les annonces faites par le Ministre de l’Intérieur en mai dernier se sont notamment traduites par la création d’une Compagnie d’intervention au commissariat central de Rennes.

Plus que jamais, notre pays a besoin de ses policiers pour garantir l’État de droit et les principes républicains. Ils ont notre reconnaissance et notre soutien.