Répondre à chaque atteinte à la tranquillité des Rennaises et des Rennais

La semaine dernière, avec le Préfet et le Procureur, nous sommes allés à la rencontre de policiers municipaux et nationaux qui sont engagés dans des patrouilles communes. Ces patrouilles vont s’intensifier.

La coopération entre l’État, la Justice et la Ville est d’autant plus primordiale que l’été a été marqué par des faits de délinquance et de violence qui ont exaspéré les habitants. Une exaspération que je partage. Nous ne laisserons pas une poignée de délinquants pourrir le quotidien des Rennaises et des Rennais ! L’action coordonnée et exemplaire des policiers nationaux, des policiers municipaux, des juges, qui font, chacun, un travail difficile et remarquable au quotidien, commence à endiguer cette délinquance qui a de nouveaux modes opératoires, plus violents.

Chacun des maillons de la chaîne de sécurité sur notre territoire a consolidé ses réponses.
L’État, avec la Police de Sécurité du Quotidien a renforcé ses patrouilles et s’apprête à étendre l’activité de deux bureaux de police, l’un dans l’hyper-centre rue de Penhoët, l’autre à Maurepas. La réponse de la Justice ne faiblit pas. Depuis janvier, 24 majeurs et 39 mineurs ont été condamnés à des peines d’emprisonnement.

Pour sa part, jamais la police municipale n’a été aussi active sur le terrain. 200 patrouilles ont sécurisé le centre-ville en juillet et en août. Elles ont donné lieu à près de 50 verbalisations et à plus d’une vingtaine d’interpellations. Elles ont permis de limiter la consommation d’alcool, les bouteilles et canettes sont systématiquement vidées, et de procéder à des mises en fourrière de chiens agressifs.

Ces résultats ont été rendus possibles par le changement de braquet que nous avons engagé ces derniers mois. C’est une Nouvelle Police Municipale qui a vu le jour avec plus de 70 agents, une brigade canine et une cinquantaine de caméras de vidéoprotection, dont le déploiement se poursuit, qui facilitent la gestion de l’espace public.

Et si demain, il faut recruter des effectifs supplémentaires, je n’aurai pas d’état d’âme à renforcer notre police municipale, dans les missions qui sont les siennes. Depuis 2014, j’ai fait de la tranquillité publique une priorité et je garde ce cap sans relâche.  Mais nous aurons besoin de l’État. J’ai régulièrement, aux côtés de M. le Préfet et de ses prédécesseurs, plaidé auprès des ministres de l’Intérieur successifs pour que les effectifs de police affectés à Rennes soient renforcés. Ils l’ont été dans un passé récent, ils doivent continuer à progresser.

Les principales métropoles, à l’exception de Rennes, ont bénéficié de renforts. Le Gouvernement a sans doute considéré que la situation de Rennes était moins tendue que dans d’autres territoires. Tant mieux. Rennes reste une des grandes villes les plus sûres de France. Mais, nous avons besoin de davantage de policiers sur le terrain et je me mobilise pleinement sur ce sujet, car la sécurité est un droit pour l’ensemble des Rennais.