Restons présents pour les acteurs de la culture

Rennes a toujours fait une place d’honneur à la culture. Elle rythme habituellement les temps forts de notre calendrier. La crise sanitaire nous révèle aujourd’hui à quel point elle est essentielle. Tout au long de cette année si particulière, les artistes se sont mobilisés pour soutenir les soignants et nous accompagner, pour nous transmettre de[…]

Contre les violences faites aux femmes, nous sommes tou·te·s concerné·es

Les femmes et les enfants qui vivent dans des foyers violents sont confrontés à un « confinement sans fin »[1]. Ces violences enferment les femmes souvent physiquement, sinon mentalement, et fragilisent notre société tout entière. L’année 2020 n’est pas encore terminée, mais les premiers chiffres du confinement révèlent une nette augmentation des appels au 3919[2]. En 2019,[…]

Soutenons nos commerces locaux

  Ce deuxième confinement semble donner des résultats encourageants sur le plan sanitaire, mais la situation s’aggrave pour bon nombre d’acteurs économiques.   Je pense aux commerçants, aux artisans, aux restaurateurs, aux entreprises mais aussi aux indépendants. Pour beaucoup, ces entreprises sont à la fois un moyen de subsistance et le projet d’une vie. Ils[…]

Restons mobilisés aux côtés des plus fragiles

La pandémie de la Covid-19 est une épreuve pour chaque individu et pour la société toute entière. Elle nous confronte et nous ramène aussi à l’essentiel. L’essentiel, c’est bien sûr la santé, une préoccupation qui nous unit tous. C’est une planète habitable et une vie meilleure pour nos enfants. C’est la sécurité. Cette crise nous[…]

Nous souvenir d’Antoinette Caillot

En 1899, Rennes accueillait le procès en révision du capitaine Alfred Dreyfus, injustement condamné cinq ans plus tôt pour haute trahison. Cette condamnation sera confirmée, en dépit des évidences. Quelques Rennaises et Rennais se sont engagés pour défendre l’innocence du capitaine. Antoinette Caillot fut de ceux-là, à la tête de son journal L’Avenir de Rennes.[…]

Ne plus les oublier

Le 1er avril, le conseil municipal a nommé treize nouvelles rues d’après treize femmes. Une décision symbolique pour faire avancer l’égalité en rendant aux femmes toutes leurs places dans notre mémoire collective. À Maurepas, vous pourrez habiter rue Yvette-Chassagne, première femme préfète en France. À Baud-Chardonnet, peut-être déambulerez-vous sur la rue Françoise-Héritier, ethnologue et anthropologue.[…]